RMG – L’Azerbaïdjan, où foi et confessions cohabitent en paix

16 septembre 2016

(ANS – Rome) – « En ces 16 ans, l’Azerbaïdjan a changé radicalement, c’est un tout autre pays : hauts édifices, haute technologie… Quand aujourd’hui les gens visitent Baku se sentent comme à Dubaï ».C’est ainsi qu’il nous décrit sa terre d’adoption le P. Stefan Kormancik, missionnaire salésien slovaque en Azerbaïdjan depuis 2001, c’est-à-dire depuis que pratiquement l’Eglise Catholique est de nouveau présente. En vue du voyage apostolique du Pape François dans le Caucase, le P. Kormancik est venu à Rome pour nous aider à mieux connaitre la surprenante réalité de l’Azerbaïdjan.

Comment était l’Azerbaïdjan en 2001 et comment est-il aujourd’hui ?

Quand je suis arrivé, il y avait encore la peur de la guerre en Nagorno Karabakh, la région à la frontière avec l’Arménie : il y avait encore un million de réfugiés, malgré la guerre fusse terminée depuis 7-8 ans, et les gens se rappelaient encore la famine durant le conflit.

Maintenant, grâce à un nouvel oléoduc vers la Géorgie et la Méditerranée, tout a changé : si tu es un touriste et tu visites le pays en quelques jours tu ne te rends même pas compte de la pauvreté. Mais il y en a encore beaucoup, moins visible. Par ex. les enfants de la rue doivent être bien habillés, car s’ils sont habillés comme des mendiants, la Police les conduit dans des instituts.

Dans ce même temps comment est-elle changée la réalité de l’Eglise ?

Après 70 ans de régime communiste, les gens avaient complétement perdu leurs racines ; mais la population est musulmane à 95%. Au début ils ne connaissaient rien de l’Eglise Catholique. Tout a radicalement changé avec la visite du Pape Jean Paul II à Baku, en 2002 : à partir de ce moment, tout commença aller pour le mieux, l’Eglise Catholique a été reconnue par le gens et par le Gouvernement, qui concéda un terrain et la permission pour construire une église.

Quels sont les rapports avec les autres Eglise et les autres religions ?

Nous avons vraiment de très bons rapports avec les musulmans : plus d’une fois j’ai été invité et j’ai participé aux festivités islamiques et vice versa les musulmans participent aux nôtres. Quand nous avons construit l’église, les entrepreneurs musulmans nous ont aidés économiquement. Et devant notre étonnement, ils nous ont dit : « Nous voulons que les Catholiques de Baku aient leur lieu pour prier ».

Nous pouvons dire la même chose avec la communauté juive ou les autres confessions chrétiennes. Il se peut qu’ailleurs les rapports avec les Orthodoxes soient plus tendus, mais ici il y a communication et ouverture…

Qu’attendez-vous de la visite du Pape ?

Je crois qu’elle portera au moins trois bénéfices : en premier lieu elle fera connaitre au monde la réalité de l’Azerbaïdjan, un pays multiculturel et multi-religieux où les diversités cohabitent heureuses. Puis elle fera mieux connaitre à la population l’Eglise Catholique et notre travail dans la société. Et enfin j’espère qu’elle pourra favoriser des petits pas vers la paix en ce qui concerne la question encore irrésolue du Nagorno Karabakh.

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».