Vatican – Synode, le P. Rossano Sala : écouter Dieu et les jeunes avant de parler de Dieu aux jeunes

05 octobre 2018
© Servizio Fotografico - Vatican Media

(ANS – Vatican) – Pour le P. Rossano Sala, SDB, Secrétaire Spécial du Synode des Evêques, l’Eglise est en dette d’écoute envers les jeunes puisqu’elle parle peu avec Dieu. Pour cela il a salué avec grande ferveur l’initiative du Saint Père de prévoir, avec fréquence, des moments de silence, pour le discernement, durant les travaux du Synode.

«Dès le début, des paroles du Pape François a émergé que la parole ‘écoute’ est vraiment centrale en ce Synode… Nous nous sommes rendus compte que l’Eglise a de la peine à écouter, elle parle un peu trop et écoute un peu trop peu. Cela veut dire qu’il faut une vraie conversion spirituelle. Je dirais, même, que la racine la plus profonde de ce manque d’écoute vis-à-vis des jeunes est, probablement, un manque d’écoute vis-à-vis de Dieu. Nous parlons beaucoup de Dieu, mais, peut-être, nous parlons peu avec Dieu. Et cela est un manque de crédibilité. Quand nous parlons de Dieu, sans avoir d’abord parlé avec Dieu, nous ne sommes pas très crédibles ». 

« Un risque souligné par le Pape – ajoute le P. Sala – est celui de parler des jeunes à partir des catégories et schémas mentaux dépassés, selon le cliché des jeunes de ’68, qui veulent critiquer…Au contraire, l’expérience faite lors de la réunion pré-synodale est celle d’un groupe qui, sur la pointe des pieds, a voulu, avec grand respect et sensibilité, mettre beaucoup de petits points au centre de l’agenda ecclésiale, tous accueillis dans ‘l’Instrumentum laboris’ ».

« Certainement – explique-t-il – la génération actuelle est plutôt fragile : elle est en recherche, elle désire une alliance avec les adultes, elle est en recherche de réconciliation, car elle est fragmentée et bombardée de mille sollicitations. C’est le grand thème de l’accompagnement qui est ressorti au pré-synode : les jeunes demandent l’accompagnement ».

Enfin, le P. Sala explique la valeur du discernement que le Pape a demandé de pratiquer aux Pères synodaux : « Le Pape François a introduit une modification procédurale, établissant que, durant les travaux de l’Assemblée, toutes les cinq interventions il y ait 3 minutes de silence. Je le considère un choix courageux et prophétique : c’est la clarification que la méthode de travail du discernement est une méthodologie ‘spirituelle’. Ce n’est pas simplement une technique, mais un événement spirituel ».

« Le silence est absolument nécessaire pour faire résonner dans le cœur les paroles écoutées – conclut enfin le P. Sala -. Une des choses les plus intéressantes qu’ont exprimé les jeunes dans les deux années de la phase pré-synodale est la grande ‘soif’ de silence, de contemplation ».

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».