Imprimer cette page

Mexique – Même la pandémie ne peut pas arrêter le Réfectoire Salésien « Père Chava »
Spécial

16 avril 2021

(ANS - Tijuana) - Le « Proyecto Salesiano Tijuana » A.C. (PST) apporte un peu d'espoir à Tijuana, Baja California Norte, au Mexique, depuis 34 ans. Aujourd'hui, il propose 8 programmes (5 oratoires, 2 institutions d'enseignement et une cantine publique), situés dans les zones les plus vulnérables et conflictuelles de la ville, et chaque mois, il aide environ 30 000 personnes avec de la nourriture, des services médicaux et psychologiques, des conseils juridiques, les sports, des activités culturelles et d’éducation de base. Pendant la pandémie, le PST a été contraint de suspendre certaines activités, dans la partie pédagogique il s'est adapté aux protocoles proposés par le gouvernement, dans les Messes il a suivi les indications reçues de l'archidiocèse de Tijuana... Mais le seul endroit où les portes n'ont jamais été fermés, tout en respectant toujours les règles de biosécurité, a été le Réfectoire Salésien « Père Chava. »

Le réfectoire est l'une des œuvres les plus récentes du PST, mais il est parmi les plus connues.

« Nous sommes connus et appréciés pour le service que nous offrons dans la communauté : nous fournissons de la nourriture, de la nutrition, des services médicaux et psychologiques, des conseils juridiques et nous offrons également un service d'accueil pour les hommes. Nous aidons des migrants, des déportés, des personnes en situation de rue, des familles entières et des personnes âgées… Depuis des années, nous avons vu beaucoup de personnes souffrir du manque d'opportunités et pendant la pandémie la population en difficulté a augmenté, » affirment les dirigeants du PST.

Au début, les services étaient nécessairement réduits et ils se limitaient à la fourniture de nourriture et de services médicaux ; Claudia Portela, coordinatrice du Réfectoire, rappelle qu'un matin elle est sortie et a dit aux bénéficiaires du service qu'à partir de ce moment, le mode d'accès et d'administration serait différent : ils devaient faire la queue et avant d'entrer, ils devaient se laver les mains, mettre du gel antibactérien, puis recevoir la nourriture en plusieurs étapes.

La pandémie, bien sûr, a également frappé le PST en tant qu'association civile : les dons ont chuté, les bénévoles qui assuraient les services ont diminué par peur d'être infectés, et juste au moment où le PST pouvait à peine fournir 800 utilisateurs quotidiens, il a dû commencer à en aider environ 2 000 chaque jour.

Face à cette situation, ses membres ont opté pour le travail en réseau, se tournant vers les institutions gouvernementales et non gouvernementales. « Par exemple – continuent- ils - au niveau municipal au service «  Atención al Migrante ; » nous avons convenu avec de nombreux refuges pour acheter des produits au supermarché ; au niveau de l'État, le Secrétariat pour le Développement nous a donné de la nourriture, la femme du maire a envoyé des burritos ; et des organisations telles que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, l'Organisation Internationale pour les Migrations et Amnesty International, ainsi que de nombreux bienfaiteurs et personnes de bonne volonté, nous ont apporté un grand soutien.

Après plus d'un an de pandémie, on peut dire que le PST résiste. « Nous nous inquiétons pour nos écoles, nos enfants et nos jeunes qui ont arrêté leurs études faute de moyens... Mais le réfectoire continue de fonctionner et petit à petit nous ajoutons d'autres services, comme la coupe de cheveux, » concluent les responsables du Projet.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».