Imprimer cette page

Philippines – Au service des nombreux “Michel Magone” d’aujourd’hui
Spécial

09 avril 2019

(ANS – Liloan) – Depuis 2010, plus de 150 jeunes marginalisés ont changé de vie grâce à un’efficace programme des Salésiens des Philippines Sud (FIS) : le « Magone Home Aftercare Program ». Grâce à l’engagement des Salésiens, des Anciens élèves de Liloan, et d’un ensemble qualifié d’assistants sociaux et psychologues – qui travaillent en réseaux avec les autorités politiques et civiles – ce programme offre un milieu idéal afin que les jeunes, avec des précédents de justice, puissent donner un virage à leur vie.

La ‘Maison Magone’, qui, actuellement, est l’unique service de ce genre offert par les Salésiens des deux Provinces Philippines, offre un programme multiforme, qui comprend : consultations personnelles, familiales et de groupes ; diverses activités quotidiennes ; cours de formation professionnelle (menuiserie et construction), avec d’autres nombreuses activités typiquement salésiennes, comme sport, petits travaux, musique, développement personnel.

En plus, tous les jours, les jeunes de la « Casa Magone » ont la possibilité de se retrouver avec les autres jeunes du campus « Don Bosco » de la « Maison jeunes » de Liloan, en particulier avec les jeunes du Centre de Formation Professionnelle, évitant ainsi de rester dans leur « ghetto » et avec le bénéfice du contact avec leurs camarades.

De fondamentale importance, pour l’efficacité du programme, est le contact personnalisé sur les besoins des bénéficiaires : « Avant l’acceptation dans la ‘Casa Magone’, l’équipe d’accompagnement rencontre le jeune et cherche à connaitre le contexte personnel et familial, les aptitudes et la disponibilité à accepter ce programme, Ce sont des informations importantes pour la préparation d’interventions adéquates et sur mesure » expliquent les responsables.

L’équipe de la « Casa Magone », animée par le P. Arvin Abatayo et Mr Louie Domasian, mais composée aussi par tant de laïcs coresponsables de la mission, souligne aussi la valeur de la répétition du projet : « Ici, à Magone, nous voyons le travail en réseau comme une modalité essentielle pour encourager d’autres à adopter les meilleurs pratiques de notre programme. Nous sommes toujours heureux de rencontrer d’autres institutions qui aspirent à réaliser des services valides pour jeunes avec précédents de justice ».

Une telle catégorie de jeunes, nommés “CICL” (de  “Children in Conflict with the Law –jeunes en conflit avec la loi), sont devenus arguments de débats au niveau social, politique et médiatique, après que le Parlement a proposé d’abaisser l’âge de responsabilité pénale de 15 à 12 ans.

Et pourtant, à la Casa Magone on dit : « ton âge n’a pas d’importance. Si tu es un jeune qui a besoin d’être sauvé, nous sommes là pour d’aider ».

 

AustraLasia

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».