Italie – 100e anniversaire du P. Bruno Bertolazzi, une vie toute à raconter

25 février 2021

(ANS - Potenza) - Cent ans bien dépensés, avec de nombreux chemins parcourus avec succès et de nombreuses anecdotes à partager. Mais surtout, cent ans de vie donnée aux autres. Ce sont ceux vécus par le père salésien Bruno Bertolazzi, qui est passé de l'uniforme militaire, porté pendant la Seconde Guerre mondiale contre les nazis, à l’« uniforme de Don Bosco, » au service des jeunes et de la Congrégation Salésienne. Aujourd'hui, il réside à Potenza, il concélèbre toujours la Messe et il utilise Facebook pour rester en contact avec les nombreux anciens élèves qui le contactent encore.

Né à Carpi, dans la zone de Modène, d’« un industriel de la soie et d’une maîtresse, comme c'était la coutume dans les bonnes familles à l'époque, » il s'installe très jeune à Trévise. Après le lycée classique, il s'inscrit en droit à Padoue. Il obtiendra son diplôme avec le grade de sergent, car entre-temps la guerre a éclaté et il a suivi le cours d’élèves officiers à Naples.

Devenu lieutenant, il est atteint par la nouvelle de l'armistice alors qu'il sert à Trani, et il participe à la bataille de Montelungo (décembre 1943), la première dans laquelle des soldats italiens combattent aux côtés de l'ancien allié nazi, le forçant à battre en retraite.

Un grand nombre de déplacements, toujours au centre-sud. Puis Naples et Torre Annunziata pour assister un commandant qui l’appréciait. Et là vient la vocation, quand il est allé assister à un match à l'oratoire salésien : « J'ai apprécié l'environnement. Le match n'a pas eu lieu, car il a plu, et le groupe de Salésiens s'est réfugié dans l'église. C'était le mois de Marie Auxiliatrice. J'ai apprécié les chants. J'y suis retourné le lendemain et le jour encore suivant. J'ai parlé avec de nombreux jeunes salésiens et je me suis dit : ça pourrait aussi être ma vie. L'amour a éclaté là-bas. »

Il avait déjà un travail de commis prêt à Trévise, où sa mère le voulait près d'elle. « Mais Don Bosco avait raison. Et c'est ma vie : salésien. » Le 20 décembre 1952, il fut ordonné prêtre à Soverato. « Et ma mère est venue et elle a fait la paix avec les Salésiens. Elle a été très bien accueillie, hébergée dans l'institut. Le directeur lui faisait dire « bonne nuit » aux garçons. Bref, on a créé une famille » - dit-il en utilisant une expression qui est à la fois un but et une façon de comprendre la vie.

Après la Théologie, il est retourné à l'Université pour un diplôme en philosophie, pour pouvoir enseigner. Et les déplacements pour les différents offices qu'il est appelé à effectuer dans la Congrégation recommencent : Soverato, Taranto, Brindisi, Bari, Corigliano d'Otranto, Naples, Castellammare, Lecce… Sans oublier les six ans à la direction de la Maison Généralice à Rome : « Il y avait 92 confrères de 20 nationalités différentes, » dont le Recteur Majeur, le P. Egidio Viganò. « Il y a une photo de moi assis sur son siège, » rappelle-t-il en riant. Il rappelle également, ému, les dernières heures du P. Egidio Viganò, auquel il tenait la main.

À 80 ans, toujours très actif, il est envoyé à Potenza et prend le poste d'assistant d'étudiants universitaires. Sa mission à Potenza est la plus longue de sa vie. « Mais maintenant, je pense que je n'aurai pas d'autres déplacements, » dit-il en riant.

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».