France – Que penser des influenceurs ?

02 mars 2021

(ANS – Paris) – Snap, Insta, YouTube… Les réseaux sociaux sont très présents dans la vie des adolescents aujourd’hui. Poser, poster, liker influencent leurs vies. Les marques de vêtements, de chaussures l’ont bien compris depuis des années. Quatre collégiens lyonnais – Victor, Mathieu, Gaspard et Martin – décryptent pour nous le rôle des influenceurs. Et Sœur Anne-Flore Magnan, 33 ans, éducatrice au Valdocco à Lille, nous donne son point de vue.

Influenceur ? Mais qu’est-ce que c’est au juste ?

Être un influenceur, c’est quelqu’un de très actif sur les réseaux sociaux.  Mathieu nous l’explique : « On ne devient une personne importante pour les marques, pour que ces dernières nous repèrent afin de faire de la pub, du marketing pour elles, qu’à partir de 50 000 abonnés à notre compte ». Certains grands influenceurs gagnent leur vie grâce à ça. « A chaque post d’une marque tu peux te faire entre 500 et 1000 euros » commente Gaspard.

Mais alors, ce sont les marques qui sollicitent les personnes ou l’inverse ?

Victor nous explique : « On se crée d’abord une réputation : il faut être populaire sur les réseaux ». Mais comment être populaire, comment avoir des abonnés ? « Il faut se créer un compte public » me répond Martin. « Le mieux est de l’associer à une chaîne YouTube. Il faut donc « un max de réseaux sociaux pour varier et être connu » certifie Gaspard.

Il faut aussi se démarquer des autres pour être connu : choisir un domaine d’activités (sport, mode…) ; « la beauté aussi rentre en ligne de compte » rajoute Mathieu. Il faut savoir se mettre en scène, mettre son corps en scène. C’est pourquoi des jeunes filles posent dans des tenues très simples ou en maillot de bain ou alors les garçons posent torse nu pour montrer leurs abdos avec tel ou tel vêtement de marque. Et alors, c’est l’effet papillon : les amis des amis s’abonnent.

Les marques, les marques ! Il y a donc un poids réel des marques ? Comment cela fonctionne ?

Oui, il faut être bien habillé, avec des vêtements de marques, des vêtements qui coûtent cher, qui se voient. Les jeunes postent des photos d’eux avec les # des marques. « Les marques te repèrent et te choisissent aussi selon les critères : beauté, popularité » nous dit Gaspard.  « Finalement, on est influenceur des autres. Et la popularité de l’autre nous influence dans nos choix, notre façon d’être. C’est ça un influenceur ! »

Mais quel regard, vous collégiens, vous portez sur tout cela ?

« Le poids des marques est important pour nous » confie Victor. « Avoir une remarque sur notre vêtement ne nous rend pas insensibles » rapporte un autre en confiant son expérience : « On m’a fait une remarque blessante sur un vêtement pas à la mode que je portais, du coup, j’ai laissé mon vêtement au placard. »

« Moi, j’ai besoin d’avoir sur moi des marques réputées auprès de mes camarades. C’est important pour moi » explique Gaspard.

Et la confiance en soi ?

La confiance en soi est une force aussi : on peut s’en ficher d’être mal habillé, sans marque ; on peut essayer de prendre du recul par rapport à ça.

« Mais, nous finalement, on n’a pas assez de force pour résister » et puis, « c’est devenu tellement normal de juger les autres. »

Mathieu corrige « mais avec les vrais amis, on garde de l’estime ».

Et c’est Victor qui a le mot de la fin : « pour pas qu’on me méprise, et qu’on m’accepte : il faut acheter de la marque (c’est presque une obligation) ».

Pour sa part, Sœur Anne-Flore observe :

« Ce phénomène des influenceurs est particulièrement intéressant à décrypter. Il rejoint la question de la pub à la télé ou radio d’il y a quelques années. C’est le même enjeu : cibler les gens là où ils sont pour leur proposer un produit dont ils n’ont pas encore besoin, mais qu’ils vont quand même vouloir acheter.

Les pubs avant ou après le journal de 20 h concernent tout le monde parce que c’est l’heure d’écoute du grand public. Ici, la différence, c’est que l’influenceur réunit une « communauté » déjà en lien avec ce qu’il propose. Par exemple un jeune passionné de chaussures de sport va suivre des influenceurs qui ont cette « expertise-là ». C’est de la pub ciblée ! Internet, avec des outils comme Instagram, Youtube ou Tik Tok, permet la constitution de ce genre de « communautés ».

Le danger, en matière éducative, c’est quand ces influenceurs sont des adolescents, voire des enfants. On en fait des produits commerciaux. Des supports publicitaires. Voire carrément « la » publicité elle-même.

Clairement, ces jeunes ne cherchent pas à réunir du monde autour d’eux pour transmettre un message ou des valeurs, mais pour promouvoir des produits. Des produits qu’ils reçoivent gratuitement ! Ou pour lesquels ils sont payés… Ne devons-nous pas, en tant qu’adultes, être interpellés par le fait que, pour ces jeunes, leur rêve est de devenir une pub ?

Enfin, une autre question posée par ce phénomène est celui de la discrimination de certains jeunes par l’argent, le rejet parce que tu ne portes pas des vêtements de la « bonne » marque. Evidemment, cela existait avant, ça se voyait dans la cour de l’école. Mais aujourd’hui cela se passe dans le téléphone des jeunes et les adultes ne le voient pas. C’est la même « mécanique » que le cyber-harcèlement. Et cela pose la question des cours de récréation « virtuelles » et de la place de l’adulte là-dedans, en termes de prévention et d’accompagnement des jeunes ».

Source : Don Bosco Aujourd’hui

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».