Ukraine – Mgr. Ryabukha, SDB, évêque auxiliaire élu de Donetsk : « Don Bosco sera proche de moi dans mon service »

28 septembre 2022
Photo © : Vatican Media

(ANS - Donetsk) - « Je crois que mon peuple obtiendra la paix, avec Dieu à côté, rien n'est impossible : » l’a déclaré le P. Maksim Ryabukha, SDB, récemment élu par le Synode des évêques de l'Église gréco-catholique ukrainienne comme évêque auxiliaire de Donetsk, élection à laquelle le Saint Père a donné son assentiment en attribuant le titre de Stefaniaco au salésien. Mgr. Ryabukha, 42 ans, a déjà parlé à plusieurs reprises des horreurs de la guerre et de l'engagement de l'Église et de la Famille Salésienne pour aider les plus nécessiteux ; aujourd'hui il le fait encore une fois, avec la conscience d'avoir été appelé à un service encore plus grand pour son peuple.

Comment cette nomination, qui arrive à un moment si particulier, vous fait-elle ressentir ?

En réalité, j'ai toujours été un prêtre parmi les jeunes, le prêtre des jeunes, un prêtre des banlieues et je n'ai pas pensé à des choses plus grandes comme le service épiscopal ; donc, maintenant dans mon cœur j'ai confiance en Dieu : s'Il a fait ce choix et s'Il voit possible ce qui est impossible à mes yeux, qu'Il me guide.

En tant qu'évêque, peut-être que les défis pour accompagner le peuple de Dieu sont plus grands, qu'en pensez-vous ?

L'évêque en réalité est toujours le berger, son pâturage ce sont les fidèles et tout le clergé, donc, bien sûr je pense que c'est bien plus que d'être supérieur d'une maison religieuse... Mais, d'un autre côté, ce territoire du Donbsass m'était très cher, j'ai toujours été proche des jeunes et des prêtres, pendant de nombreuses années, à travers les camps d'été. Bref, ce n'est pas un nouveau territoire pour moi, tout comme les gens que j'aurai à rencontrer, ce ne sont pas des inconnus.

Comment le charisme de Don Bosco vous a-t-il soutenu jusqu'à présent et comment vous soutiendra-t-il en tant qu'évêque ?

Don Bosco avait une grande foi dans la vie, il parlait toujours de la vie comme d'un grand et précieux don de Dieu, d'un trésor. Don Bosco a grandi dans des difficultés semblables à celles de notre Pays aujourd'hui. Alors je crois qu'il sera encore plus proche de moi dans mon service, m'inspirant et m'accompagnant avec le courage qu'il a eu pour guider les enfants et être un bon berger, comme le représente aussi la croix salésienne du bon berger qui est donnée à chacun de nous et nous accompagne tout au long de notre vie. Don Bosco ne s'est jamais senti seul : même dans les moments les plus difficiles et les plus éprouvants, il savait qu'il avait à ses côtés des personnalités importantes, comme le P. Cafasso par exemple, mais il avait aussi un sens aigu de la présence de Dieu et de Marie Auxiliatrice. J'estime que j'ai de la chance d'être actuellement Directeur de l’œuvre salésienne de Marie Auxiliatrice à Kiev : je la sens très proche et je crois que ce sera un point fort dans le service que je devrai accomplir.

Déjà en 2020, vous décriviez une situation très difficile en Ukraine, avec la guerre dans le Donbass qui durait depuis 2014 et la pauvreté. Comment est la situation des gens maintenant?

La situation a beaucoup changé et s'est aggravée, car les gens ont perdu leurs proches, une douleur immense que personne ne peut combler. Et beaucoup ont perdu leur maison et avec leur maison tout leur travail et leur vie des années précédentes. Par conséquent, la douleur du peuple et ses efforts sont d'autant plus grands.

Quelques jours après l'invasion russe, vous avez dit avoir célébré la Messe dans les bunkers. L'Église aujourd'hui est-elle encore plus toujours présente dans les lieux et parmi les personnes, avec tous les risques ?

Oui, en réalité, les gens cherchent Dieu de différentes manières, une recherche ouverte ou une recherche par le dialogue, et l'Église, comme toujours, essaie d'être proche à travers un mot, un soutien, son affection, des œuvres de charité, aujourd'hui aussi à travers l'accompagnement de ceux qui sont blessés par la guerre et des familles qui ont dû changer toute leur vie.

Dans votre première prière d'évêque avec votre communauté, quelles seront vos intentions ?

Je prierai pour pouvoir trouver la paix et la joie dans nos cœurs, car c'est le signe de la présence de Dieu qui accompagne son peuple sur son chemin. La paix est quelque chose que nous recherchons tous et avec la paix, je crois que les gens pourront trouver cette joie du cœur qui est encore très difficile à manifester aujourd'hui. Mais avec Dieu à côté, rien n'est impossible.

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».