Imprimer cette page

Syrie – L’engagement des Salésiens durant la guerre : rappeler aux jeunes qu’ils sont meilleurs de ce qui les entoure

06 avril 2018

(ANS – Alep) – « Nous, chrétiens, nous croyons et savons que la résurrection du Christ est la vraie espérance du monde…Nous demandons, aujourd’hui, de fruits de paix pour le monde entier, à commencer par la bien-aimée et torturée Syrie, dont la population est épuisée par une guerre qui ne voit pas de fin ». C’est ce que le Pape a dit dans son récent message pascal ‘ Urbi et Orbi’. En cette terre bien-aimée et torturée, parmi les gens épuisés, les Salésiens continuent à être semeurs de réconfort et opérateurs de paix.

L’oratoire salésien d’Alep, a continué à être, au cours de ces années, un point de référence pour les jeunes et les familles qui le fréquentent. « Au début de la guerre, en 2012, nous avons été obligés à le fermé pour six mois. Mais quand nous nous sommes rendu compte que le conflit aurait été long, nous avons décidé de le ré-ouvrir : il n’y avait pas d’autres solutions : restant enfermés chez eux, les jeunes devenaient ‘fous’ » explique le jeune Directeur de l’œuvre, lui-même originaire d’Alep, le P. Pier Jabloyan.

Parmi les nombreuses activités maintenues, significative est celle des activités scolaires de l’après-midi pour environ 70 jeunes, avec l’aide d’une dizaine d’universitaires : « Il y a d’énormes besoins éducatifs – continue le salésien -. Beaucoup d’écoles ont été détruites ou transformées en lieux d’accueil. D’autre part, si quelqu’un, à la maison, n’a ni eau, ni électricité et de la peine à se nourrir, il est difficile de lui dire « commence à étudier ». Mais Don Bosco nous enseigne que l’instruction dignifie l’avenir. Pour cela nous avons résisté, offrant aux jeunes ce que nous avions : nos espaces, un petit goûter, l’engagement de nos jeunes ».

La guerre a provoqué beaucoup de blessures même en ceux qui ont survécu aux violences. Le P. Jabloyan : « Chez tout le monde, la guerre a créé des problèmes psychologiques. Le seuil de la sensibilité s’est beaucoup élevé : la nouvelle de un ou deux morts risque de rester sans effet. Souvent les jeunes s’expriment durement, et parfois, un match de football peut devenir le prétexte pour faire exploser l’agressivité. Là aussi nous essayons de les accompagner et les aider à leur rappeler qu’ils sont meilleurs de ce qui les entoure, comme souvent il nous ont montré ».

La page Facebook « Don Bosco Alep » est un valide témoignage des nombreuses activités et de l’engagement salésien à offrir une ‘normalité’, faite de moments de prière, fêtes liturgiques, musique, spectacles… « Voilà notre style – conclue le P. Jabloyan – viser la beauté et la rencontre ».

Éléments similaires (par tag)

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».