Taiwan - "De l'Afrique à Taiwan" : interview avec le P. Ephrem Kisenga Mwangwa

26 août 2019

(ANS - Taipei) - La communauté de Taipei a reçu une contribution importante de la Province de l'AFC en novembre 2018. Ephrem Kisenga Mwangwa est arrivé à Taipei cette année-là. Bien qu'il soit encore en train de s’adapter à la nouvelle culture et qu'il étudie la langue chinoise, il est déjà prêt à partager ses idées après ses neuf premiers mois de vie missionnaire en Asie.

Quelle est votre principale motivation pour venir à Taiwan ?

En fait, la proposition venait de mon Provincial et je l'ai acceptée comme toute autre mission. Je pense que Dieu veut que je sois là où mon Provincial veut que je sois et je ne regrette pas d'être ici. Je suis vraiment heureuse.

Vous vivez votre première année en Asie. Quels sont les points communs de la culture africaine et asiatique ?

Ma première année en Asie a été très intéressante et j'ai découvert que la tradition asiatique et la tradition africaine sont proches. Certaines coutumes sont les mêmes, comme la solidarité, le respect des étrangers. La vision du monde est presque la même, tout comme l'importance accordée au mariage, la façon de compter les mois de l'année, car dans la tradition africaine nous avons 13 mois, et c'est la même chose dans la culture chinoise. Mais je ne peux toujours pas dire que je connais la culture asiatique. J'ai besoin de plus de temps, surtout pour apprendre la langue chinoise !

Comment inviteriez-vous les Salésiens du Congo à venir en mission à Taiwan ?

Je pense que la meilleure façon d'inviter les salésiens congolais est de donner un bon témoignage de vie. Les Congolais sont généralement capables de bien vivre partout et de s'habituer aux choses. Je crois humblement que la Province de Chine a aussi besoin de frères congolais, tout comme les Congolais ont besoin d'apprendre des Chinois.

Voulez-vous partager vos suggestions avec la Congrégation salésienne ?

Je pense qu'il est important d'encourager les Salésiens du Congo à se former dans d'autres Provinces. Mais pourquoi s'arrêter à l'Asie et à la Chine ? Pour ma Province, il serait très positif de connaître d'autres cultures, d'entrer en contact avec des mentalités différentes. Il serait intéressant de former nos confrères dans d'autres Provinces. Si c'était possible, pourquoi ne pas commencer par le noviciat ? En tout cas, après plus d'expérience, je pourrais faire plus de suggestions. Pour l'instant, il est important de rester unis dans la prière.

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».