Imprimer cette page

Espagne – Plateformes sociales salésiennes : « Nous avons appris que personne ne se sauve seul »

06 mai 2020

(ANS - Madrid) - Pendant la phase la plus difficile de la pandémie et du confinement, toutes les familles ont dû s’adapter et apprendre à vivre ensemble isolées, à la maison, sans pouvoir sortir. Mais qu’en est-il des groupes d’appartements, des refuges pour migrants et réfugiés ? Comment vivent-ils et ont-ils vécu cette circonstance particulière ? Les plateformes sociales salésiennes d’Espagne comptent 83 ressources résidentielles de ce type : centres d’émancipation, pour migrants, maisons pour la transition vers la vie adulte, centres pour demandeurs de protection internationale ou pour réfugiés en situation de vulnérabilité. Environ 700 personnes vivent dans tous ces centres. Pendant la période d’isolement, leur travail a considérablement changé et les équipes éducatives ont été confrontées à une situation inattendue et inconnue.

Les éducateurs soulignent la prise de conscience d’avoir appris le concept de « rester à la maison. » Même si chaque centre a ses particularités, deux éléments sont devenus à peu près habituels. D’une part, les équipes éducatives qui vivent avec des jeunes expliquent qu’elles ont « changé nos horaires de travail : nous avons des services de 12 heures, 3 jours par semaine, et le reste des jours sont de repos, » précisent les éducateurs des centres Torrent et Valencia de la Fondation « María Auxiliadora. » D’un autre côté, il y a eu ceux qui continuaient à effectuer leur intervention virtuellement, allant au domicile en cas d’urgence ou si les destinataires avaient besoin de matériel médical. Cela a lieu généralement dans le cadre de projets d’émancipation ou pour les migrants à la recherche d’une protection internationale.

« C’est une expérience éducative très intéressante, car ils passent tellement de temps ensemble qu’ils valorisent davantage la coexistence et travaillent davantage sur la tolérance et sur la gestion des frustrations. Avant, pour tout problème, la plupart d’entre eux se réfugiaient dans la rue, maintenant ils doivent y faire face et essayer de le résoudre, » expliquent les éducateurs.

« En particulier, l’engagement des éducateurs d’autres programmes socio-éducatifs à planifier de nouvelles activités récréatives ou éducatives, afin d’alléger le confinement à domicile, doit être apprécié, » explique Ignacio Vázquez, Directeur Général de la Fondation Don Bosco.

Les jeunes des groupes d’appartements et des maisons d’accueil se sont adaptés à cette situation atypique de manière responsable et mature, dans le respect des protocoles, avec un comportement exemplaire et collaboratif. « Nous, les Salésiens, nous faisons confiance aux jeunes, ils nous donnent des leçons sur leur capacité d’adaptation et de résilience. Les jeunes continuent d’être pour nous l’occasion d’apprendre et d’approfondir notre vocation d’éducateurs, » disent-ils.

« Cette situation affectera le rythme d’émancipation de certains bénéficiaires, car trouver un emploi sera beaucoup plus difficile maintenant, et aussi pour ceux qui attendent que les documents et les pratiques soient résolus, car tout a été retardé, » explique Vicente Pérez.

Pour cette raison, Rosana Palomares, Coordinatrice des appartements pour l’émancipation de la Fondation Ángel Tomás, rappelle qu’il faut un engagement dans lequel les ressources ne manquent pas pour aider les groupes les plus vulnérables. Et comme le souligne Ignacio Vázquez, « nous avons appris que personne ne se sauve seul. »

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».