Ouganda – Isolement et pénurie de nourriture pour les réfugiés de Palabek en raison du Coronavirus

02 juin 2020

(ANS - Palabek) - L’urgence du Coronavirus n’est pas si différente des autres crises : finalement, ce sont les plus pauvres qui souffrent le plus. Les réfugiés sont loin de leur patrie et survivent grâce à ce qui leur est donné, rêvant la paix et de rentrer chez eux. Ils ne sont pas nés pauvres et n’ont pas vécu dans la pauvreté : ils ont étudié, ils sont éduqués, mais la guerre les a conduits à fuir avec seulement les vêtements qu’ils portaient pour sauver leur vie.

Telle est la situation de plus de 55 000 réfugiés résidant dans la colonie de Palabek, dans le nord de l’Ouganda. Les Salésiens, avec cinq missionnaires, sont la seule institution qui vit avec eux dans le camp. Si le Coronavirus devait atteindre la colonie, ce serait une catastrophe, car il n’y a aucun moyen médical de le soigner. Pour cette raison, dès le départ, l’isolement et l’interdiction des réunions ont été décrétés et la distribution de nourriture a été réorganisée.

Si les économistes et les analystes mondiaux prédisent que des millions de personnes perdront leur emploi et leur sécurité dans cette crise, les réfugiés souffrent déjà des conséquences de la pandémie. En avril dernier, ils n’ont reçu que 70% de leur ration alimentaire mensuelle déjà faible par personne. Ce sont 9 kg de farine de maïs, 6 kg de haricots, environ un demi-litre d’huile et quelques grammes de sel.

Face à cette situation, dans laquelle la majorité des enfants de la colonie souffrent de malnutrition et leurs mères du stress, les Salésiens sont intervenus. La solution est de cultiver des aliments comme les céréales, les légumes, les graines de tournesol. « C’est le moment d’être très créatif et innovant avec les réfugiés dans l’agriculture. Nous avons préparé des potagers et des vergers, nous avons loué des terres par les Ougandais, nous commençons à élever des volailles, des cochons et des chèvres, » expliquent les missionnaires.

Alors que les pluies continuent, le véritable besoin des réfugiés est celui de semences et d’outils manuels simples.

Comme les réfugiés ne disposent que de 30 mètres carrés par maison, avec un petit jardin attenant, les Salésiens les ont organisés en groupes et ont loué pour eux des terres aux voisins ougandais. Au besoin, ils ont également labouré la terre pour eux.

Dans le même temps, depuis la fermeture de l’école technique, un groupe de réfugiés a appris à coudre des masques : un service qui leur permet de recevoir un petit revenu pour aider leurs familles et qui contribue à la sécurité de la communauté. Au cours des deux premières semaines d’activité seulement, 1 500 masques en tissu ont été fabriqués pour les refugiés.

Les Salésiens de Palabek sont reconnaissants de l’aide reçue des milieux salésiens du monde entier, mais ils demandent maintenant un soutien pour pouvoir acheter des semences et des outils pour continuer à aider les réfugiés.

Source : Misiones Salesianas

ARTICLES CORRÉLATIONNELS

InfoANS

ANS - “Agence iNfo Salésienne” – est un périodique pluri-hebdomadaire télématique, organe de communication de la Congrégation salésienne, inscrit au Registre de la Presse du Tribunal de Rome, n. 153/2007.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».