Imprimer cette page

RMG – En souvenir de Maman Marguerite, la mère de Don Bosco

24 novembre 2020

(ANS - Rome) - Pour toute la Famille Salésienne, la mère de Don Bosco, Margherita Occhiena, est une icône lumineuse, une inspiration, un modèle de vie apostolique à imiter. Elle était la mère de Don Bosco et la mère des premiers garçons de Valdocco, et elle reste la mère de tous ceux qui partagent le charisme salésien, pour lesquels, en fait, elle est simplement « Maman Marguerite. » En 2006, le Pape Benoît XVI l’a déclarée Vénérable, pour avoir vécu une vie de vertus héroïques. Et demain, le 25 novembre, en souvenir de l’anniversaire de sa naissance au Ciel, les Salésiens du monde entier célébreront une Messe pour leurs parents décédés.

Margherita Occhiena est née à Capriglio, à environ 3 km de Becchi, en 1788, et elle est décédée à Valdocco le 25 novembre 1856. En raison de son implication dans la mission de Don Bosco, elle est également considérée comme la première Salésienne Coopératrice, et dans de nombreux Pays les Salésiens Coopérateurs ont réalisé en son honneur les « Ateliers de Maman Marguerite » pour soutenir la mission salésienne.

En 1988, à l’occasion du premier centenaire de la mort de Don Bosco, en Uruguay, a également été fondée l’Association « Maman Marguerite, » qui rassemble et anime les parents des Salésiens de Don Bosco.

Et depuis quelques mois à Valdocco, dans le berceau du charisme salésien, il y a une statue qui la représente, inaugurée et bénie lors du 28e Chapitre Général (CG28) par le Recteur Majeur.

Ce que le Pape François a écrit à propos de Maman Marguerite, dans son message envoyé au 28e Chapitre Général, donne un ton très particulier aux célébrations de la mémoire de Maman Marguerite cette année.

« Qu’en serait-il de Valdocco sans la présence de Mamma Margherita ? Vos maisons auraient-elles été possibles sans cette femme de foi ? Dans certaines régions et lieux «il y a des communautés qui se sont longtemps maintenues et ont transmis la foi sans qu’un prêtre ne passe les voir; durant même des décennies. Cela s’est fait grâce à la présence de femmes fortes et généreuses. Les femmes baptisent, sont catéchistes, prient, elles sont missionnaires, certainement appelées et animées par l’Esprit Saint. Pendant des siècles, elles ont maintenu l’Eglise debout dans ces régions avec un dévouement admirable et une foi ardente » (Exhort. ap. post-syn. Querida Amazonia, n. 99). Sans une présence réelle, effective et affective des femmes, vos œuvres manqueraient du courage et de la capacité de décliner la présence comme hospitalité, comme maison. Face à la rigueur qui exclut, il faut apprendre à engendrer la vie nouvelle de l’Evangile. Je vous invite à faire avancer des dynamiques dans lesquelles la voix de la femme, son regard et son action — appréciée dans sa singularité — trouvent écho dans la prise de décisions; comme un acteur non auxiliaire, mais constitutif de vos présences. »

Le message du Pape et le souvenir de l’action de Maman Marguerite sont une invitation forte à la Congrégation Salésienne à progresser dans leur chemin avec les laïcs et à valoriser le génie féminin dans la mission salésienne.

Source : AustraLasia

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».