Imprimer cette page

Liban - L'oratoire salésien est une oasis de paix dans un contexte de crise

21 juillet 2021

(ANS - El-Houssoun) - L'Été Jeunes, organisé par les Salésiens du Liban, dans la maison de montagne d'El-Houssoun (district de Byblos), se révèle de plus en plus comme une oasis de paix, de sérénité et de convivialité, dans un contexte social, politique et économique dramatique, sans précédent dans l'histoire centenaire du Liban moderne.

Environ 800 garçons et filles y participent : libanais, syriens et irakiens, avec des dizaines d'animateurs bénévoles, adéquatement formés. Les Syriens et Irakiens sont tous des réfugiés, résidant au Liban depuis plusieurs années : les Syriens attendent encore de pouvoir rentrer dans leur Pays, alors que les Irakiens attendent d'être accueillis dans un Pays tiers. Les Syriens sont tous musulmans, les Irakiens chrétiens, les Libanais sont mixtes, mais l'écrasante majorité sont chrétiens, conformément à la démographie de la région, et ils vivent dans un rayon de 10-15 km du centre salésien. Les jeunes syriens résident dans la région ; les Irakiens résident dans la banlieue de Beyrouth, à plus de 40 km. Pour tous, le transport est garanti, ainsi que la distribution quotidienne d'un sandwich et d'une boisson.

Jamais la maison salésienne d'El-Houssoun n'avait connu un Été Jeunes aussi fréquenté, même si la fréquentation quotidienne est divisée en jours de la semaine selon la nationalité et l'âge des participants (de 6 à 15 ans).

Un programme éducatif et récréatif collectif ou en groupe en constitue le noyau, agrémenté de moments d'activités ludiques libres, notamment sportives.

« C'est impressionnant de voir la joie qui brille sur les visages des enfants et des adolescents et l'enthousiasme qu'ils mettent à participer aux différentes activités proposées – écrivent les responsables de l'Oratoire - Même les filles musulmanes qui portent le voile mettent de côté leur réserve traditionnelle pour se laisser impliquer par l'atmosphère qui les entoure », ajoutent-ils. Tout cela contraste fortement avec le climat qui domine actuellement dans le Pays : méfiance, pauvreté et, assez souvent, misère, chômage, dévaluation galopante de la livre libanaise, instabilité et parfois insécurité, manque de produits de base, de médicaments et des services sociaux les plus élémentaires.  Au jour le jour, dans une crise qui dure depuis deux ans, aggravée par la terrible explosion du port de Beyrouth (le 4 août 2020), on ne voit aucune lueur de lumière.

Semer la joie, la confiance et donner de l'espoir, en plus d’apporter une aide concrète, reste l'objectif premier des Fils de Don Bosco dans la situation actuelle au Liban. Le jour est attendu où la lumière finira par triompher et alors le Liban redeviendra le « Pays-message » décrit par le Pape St. Jean-Paul II.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».