Imprimer cette page

Togo – Complété avec succès le projet d’assistance à l’enfance de Lomé

01 mars 2019

(ANS – Lomé) – Selon le dernier rapport publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement, le Togo se trouve à la 166e place sur 188 Pays, en ce qui concerne l’Indice de Développement Humain. Situé au Golfe de Guinée, sur la côte occidentale de l’Afrique, le Togo est un des Pays les plus pauvres au monde : plus du 30% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les conditions de vie des enfants et des femmes sont dégradantes et préoccupantes, et il y a encore des cas d’arrestations et détentions arbitraires, tortures et autres mauvais traitements, comme aussi l’impunité pour les violations des droits humains, comme affirme Amnistie Internationale.  Pour faire face à tout cela, l’ONG salésienne espagnole « Solidaridad Don Bosco » continue à soutenir des projets au Togo.

En février, juste terminé, a pris fin le projet d’assistance aux enfants à risque d’exclusion sociale, que « Solidaridad Don Bosco » a soutenu dans la « Maison Maman Marguerite » de Lomé, capitale du Togo, avec le centre local des Salésiens Coopérateurs. Il avait débuté, grâce au soutien de la Province d’Huelva (Espagne), en janvier 2018.

On a demandé à quelques protagonistes de ce projet de commenter l’état d’avancement du projet et quel a été son impact positif sur la « Maison Maman Marguerite ». Blaise Kpeni, Econome des Salésiens Coopérateurs de Lomé a dit que le projet est allé au bénéfice de toute la communauté, puisqu’il a facilité l’accès hydrique, à travers la construction d’un puits et d’un réservoir d’eau, deux éléments fondamentaux.

La même chose a été faite avec la « clôture de la zone horticole » qui contribuera à nourrir et soutenir la maison. « Le projet a aussi contribué à soutenir économiquement la maison d’accueil pour enfants en situations de difficulté et à fournir un accompagnement éducatif pour 12 jeunes internes et pour 30 filles ».

Blaise a publiquement loué, comme très positive, la formation des familles de ces garçons et filles, comme aussi celle pour les membres de l’association des Salésiens Coopérateurs et pour tous ceux qui aident dans l’accompagnement de mineurs.

Pour Joseph Olipoh, éducateur actif dans la maison, « les expériences acquises sont nombreuses », et la formation pour les éducateurs a été très utile, comme aussi l’a été le fait de « connaitre le développement psycho-social des enfants et le fait d’apprendre à les éduquer tenant compte de leur âge ».

L’éducateur Akouvi, enfin, retient que les enfants aient beaucoup de nécessités affectives et que, comme disait Don Bosco, « il ne suffit pas d’aimer, il faut leurs faire sentir qu’ils sont aimés », car, « quand ils se sentent aimés, ils ouvrent leurs cœurs pour te raconter tout ce qui leurs ait arrivé et ce qui les porte à faire des bêtises ».

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».