Imprimer cette page

Italie – Le style d’éducation de Don Bosco est toujours d’actualité : l’histoire de Fatima

29 juillet 2019

(ANS - Turin) - Fatima est une jeune musulmane d’origine marocaine, arrivée en Italie avec son père. Son parcours, de vie et d’études, n’a pas été facile. Mais sur son chemin, elle s’est retrouvée à Valdocco, et grâce à la rencontre avec de vrais éducateurs, quelque chose a changé.

« J’ai rencontré Fatima à la bibliothèque municipale de Turin, où je travaille comme volontaire pour enseigner l’italien à des étrangers - a dit au journal ‘La Voce e il Tempo’ l’enseignante Rosarina Spolettini - Pendant que je l’aidais dans ses études, j’ai connu son histoire tourmentée de fille de migrants ».

Fatima a fait plusieurs allers-retours entre le Maroc et l’Italie. La première fois qu’elle est arrivée à Turin, elle n’était qu’une petite fille : elle y est restée deux ans et a commencé l’école primaire. Puis elle est retournée au Maroc, où elle est restée sept ans, avec le regret de quitter ses camarades de classe et les professeurs avec lesquels elle était à l’aise. En 2017, un troisième voyage, toujours pour le travail de son père, la ramène à Turin.

Cette fois, cependant, tout était plus difficile : la maison surpeuplée et pauvre, les difficultés avec la langue et pour socialiser, l’école technique qu’elle prend à fréquenter, trop difficile pour elle et où des compagnons lui disent de rentrer dans son pays....

La rencontre à la bibliothèque avec la professeur Spolettini cède la place à un chemin qui est bon pour toutes les deux. L’institutrice nous dit : « J’ai commencé à l’écouter et elle s’est sentie accueillie, elle a réussi à dire ce qu’elle ressentait et à parler de ses peurs. Ensemble, nous avons décidé de choisir une école mieux adaptée et Fatima s’est inscrite à un cours de formation professionnelle salésienne au CNOS-FAP à Valdocco. Et un monde s’est ouvert à elle ».

Pour elle, fille musulmane, le style éducatif de Don Bosco était thérapeutique à tous points de vue. Elle a commencé la première année avec des espoirs et des craintes, puis les espoirs sont devenus des certitudes et la peur a disparu. Elle a rencontré des professeurs qui ont su l’accueillir et regarder au-delà de ses difficultés, des professeurs qui sont allés au-delà de la simple transmission des connaissances, qui ont su introduire des changements pour s’améliorer, qui ont su être à l’écoute de l’être humain tout entier et qui ont offert une écoute sensible, basée sur l’empathie, pour parvenir au changement.

Fatima a travaillé dur, s’est améliorée et, à la fin de l’année scolaire, a atteint l’objectif de la qualification professionnelle.

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».