Imprimer cette page

Vatican - Lettre ouverte aux Pères synodaux du P. Juan Bottasso

09 octobre 2019

(ANS - Cité du Vatican) - L'une des figures d'importance intellectuelle, pastorale et missionnaire du Synode des Evêques pour l'Amazonie est le P.  Juan Bottasso, SDB. Anthropologue de profession, il a été ordonné prêtre en 1963 et vit en Amazonie depuis plus d'un demi-siècle. Dans une lettre ouverte envoyée aux Pères synodaux réunis au Vatican, il présente deux propositions : "que l'Église amazonienne prenne conscience et s'excuse humblement" et "une invitation solennelle à tous les groupes chrétiens à cesser de diviser les peuples amazoniens".

Lettre ouverte aux Pères synodaux

L'Église catholique est présente en Amazonie depuis le XVIe siècle. Surmontant d'énormes difficultés pour surmonter les barrières qui empêchaient la pénétration dans cette immense région, des centaines et des centaines d'hommes ont consacré leur vie entière à évangéliser les groupes humains qui l'ont habitée et qui y habitent. Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, un groupe impressionnant de femmes s'est consacré à la même mission. Il ne peut y avoir aucun doute sur la bonne foi qui les a motivés, ni sur l'immense valeur de leur sacrifice, mais nous devons reconnaître qu'il y avait aussi quelque chose de douteux au cœur de leurs activités. Il serait évidemment injuste de vouloir juger le passé selon les critères du présent, mais on peut aussi dire que l'Evangile n'a pas réussi à inspirer une vision plus prophétique. L'activité missionnaire était généreuse, mais paternaliste. Elle a essayé d'enseigner beaucoup, mais elle n'a pas eu la patience d'apprendre. Plus que le dialogue, il y avait l'endoctrinement. Les indigènes ont toujours été considérés comme mineurs. Les différents Etats, n'ayant pas de personnel formé et désireux de vivre en permanence dans des régions éloignées et extrêmement inconfortables, ont délégué à l'Eglise, à travers les Vicariats apostoliques et les Prélatures, la tâche d'intégrer les peuples amazoniens à leur propre nationalité. Cet engagement a été pris avec enthousiasme, mais pas toujours dans le respect des valeurs culturelles des récipiendaires. Pour nous en convaincre, il suffit de jeter un coup d'œil au langage utilisé par les revues missionnaires il y a quelques décennies encore. Donc, puisque beaucoup d'autochtones ont étudié et ont accès à ces lectures, c'est un peu gênant de voir l'impression que cela leur donne.

Il serait bon que l'Église amazonienne prenne conscience de tout cela et s'excuse humblement...

Cependant, il y a une autre question qui ne se réfère pas au passé, mais qui est tout à fait d'actualité.

La population autochtone de toute l'Amazonie peut atteindre deux millions de personnes, mais il s'agit d'une constellation de peuples aux langues, aux histoires et aux cultures très différentes. Certains ne comptent que quelques centaines de milliers de membres. Ils sont assiégés par la société environnante, privés de leurs territoires, menacés par les multinationales, désorientés par une mondialisation qui nivelle tout. Ces groupes pauvres, déjà extrêmement fragiles en eux-mêmes, chrétiens de toutes tendances (catholiques, protestants de diverses confessions), les affaiblissent encore davantage, exportant parmi eux les divisions qui sont nées dans leurs pays d'origine lointains. Jésus Christ, qui voulait être un lien d'unité et de communion, est prêché d'une manière qui divise.

Ce Synode devrait être l'occasion d'adresser une invitation solennelle à tous les groupes chrétiens à cesser de diviser les peuples amazoniens.

Prêchons Jésus comme notre seul Sauveur ; transmettons son message de fraternité, de solidarité, de pardon et ne plaçons pas nos différences théologiques, bien que respectables, au centre. Unissons nos forces pour mener ensemble les grandes batailles auxquelles ces frères sont confrontés et leur survie dépend de ce résultat : la défense de l'environnement, la préservation du territoire, la valorisation de leur culture. Ainsi, ils remarqueront non seulement que les disciples de Jésus-Christ sont de leur côté, mais qu'ils font eux-mêmes partie d'une Église qui ne désire que leur propre bien.  

P.  Juan Bottasso, SDB

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».