Imprimer cette page

Cambodge – Se relever et repartir après l'inondation

10 mars 2020
Photo: Don Bosco Hotel School - Facebook

(ANS - Sihanoukville) - Sihanoukville est une ville balnéaire du sud du Cambodge, surplombant le golfe de Siam, qui ces dernières années a connu un développement rapide, en particulier grâce aux énormes investissements chinois, qui ont donné un nouveau et important élan touristique à la région : hôtels, immeubles, restaurants et clubs touristiques et 70 casinos. Mais loin de redistribuer équitablement cette nouvelle richesse, ces investissements creusent encore l'écart entre ceux qui peuvent se permettre le divertissement et le luxe et ceux qui finissent par se retrouver avec des emplois modestes et mal payés.

Les Salésiens sont présents dans la ville depuis 1997 et, face à ces difficultés, ont essayé de résoudre le problème en abandonnant les quartiers les plus chers de la ville et en concentrant leurs différentes œuvres  dans un même complexe, afin que la mission puisse continuer à se poursuivre avec ses propres forces.

Le centre de Don Bosco Sihanoukville abrite un institut technique avec des cours différents et une école hôtelière fréquentée par près de 500 étudiants et 90 employés, un hôtel et une pension pouvant accueillir jusqu'à 160 personnes et une communauté de 5 Salésiens et 8 bénévoles.

Mais dans la nuit du 8 août 2019, une tempête très violente - pas inhabituelle sous ces latitudes, mais quand-même d'une ampleur exceptionnelle - a frappé la ville. À l'époque, environ 250 personnes étaient présentes dans la mission. Le ruisseau qui longe l’œuvre salésienne et qui était autrefois de 15 mètres de large, ces dernières années, en raison de la cimentation sauvage, s’est réduit à seulement 4 mètres de largeur, avec des conséquences désastreuses pour la mission.

Le ruisseau a débordé violemment, brisant le mur d'enceinte de la mission et déversant des tonnes d'eau et de boue dans la propriété. En quelques minutes, le niveau d'eau a atteint 130 cm, détruisant les laboratoires techniques, les bureaux et les salles. La bonne nouvelle est qu'il n'y a pas eu de victimes.

Cependant, le laboratoire, avec tout l'équipement, a été détruit, bloquant les sources de revenus de l’œuvre, ainsi que les activités de formation des étudiants de l'école hôtelière Don Bosco, qui ont eu l'opportunité d'acquérir non seulement des compétences pratiques, mais aussi des contacts avec des restaurateurs de la région qui y achetaient des glaces pour leurs locaux.

Les Salésiens de Sihanoukville veulent pouvoir revenir à la normalité dès que possible. La première étape consiste à redémarrer le glacier-pizzeria, qui était utilisé avec l'hôtel pour collecter des fonds supplémentaires pour l'école école hôtelière et offrir des possibilités de stage aux garçons et aux filles de l’école hôtelière. Fondée il y a 12 ans, le glacier-pizzeria a connu un tel succès qu'il a été vite rejoint par une activité de vente itinérante avec une camionnette.

Pour assurer un avenir radieux aux jeunes les plus nécessiteux à Sihanoukville, les Salésiens sont prêts à retrousser leurs manches.

Pour plus d'informations, visitez : www.missionidonbosco.org 

Ce site utilise également des cookies d’autres provenances, pour enrichir l’expérience des utilisateurs et pour des raisons statistiques.En parcourant cette page ou en cliquant sur un de ses éléments, vous acceptez la présence de ces cookies. Pour en savoir davantage ou refuser, cliquez sur l’indication « Autres informations ».